menu
Menu
account_box
Catégories
Contact
email Send us a message

Nous contacter

phone Par téléphone

+33 (0)1 42 25 12 79
Mar. - Sam., de 14h à 19h
+33 (0)6 60 62 61 90
Tous les jours, de 9h à 19h

email par Email

Plans & Adresses: contact@marcmaison.com

share Let's get social

Langue
Et aussi...
Ma sélection
(0 Objets)

Style Louis XV / Ref.10867

Léon MESSAGÉ (1842-1901) (att. à) - Belle garniture de style Louis XV

Dimensions
Largeur : 34cm
Hauteur: 60cm
Profondeur : 23cm

Époque et provenance:
XIXème siècle, France

Cette garniture en bronze doré de style Louis XV a été réalisée aux alentours de 1900. Identifiable par son style fait de courbes et de torsions très mouvementées d’inspiration rocaille, cette garniture est attribuée à Léon Messagé qui fit de cette esthétique originale sa signature. Le mécanisme de l’horloge est moderne. Le cadran est quant à lui signé «S. Colin & Cie » puis « Paris 17, rue des Tournelles ». La garniture se compose d’une horloge et de deux candélabres aux six bras de lumière. Le décor de ces éléments est d’une grande richesse mais surtout d’une grande complexité et le répertoire ornemental utilisé est caractéristique du style rocaille. Le cadran de l’horloge est ainsi orné de feuilles d’acanthe et de feuilles de lauriers enroulées à la manière d’une couronne. La partie inférieure est quant à elle consacrée au thème marin avec des coquilles, dont une large renversée au centre, et deux dauphins de chaque côté, motif fréquemment utilisé par Léon Messagé. Rappelons que « rocaille » désigne à l’origine l’ornementation imitant les rochers, pierres naturelles et coquillages. Des courbes typiques de cette esthétique, situées en retrait de part et d’autre du cadran , appuient quant à elles la structure de l’objet qui se termine par quatre pieds sinueux posés sur un plateau finement décoré. Un mascaron d’homme barbu semblable à un faune se confond, au centre, avec le décor dont il semble émerger. Une certaine extravagance émane de cette garniture aux lignes très tourmentées. Cette impression de mouvement, déjà présente dans le style rocaille, prend d’ailleurs une certaine ampleur à la fin du XIXème siècle où l’Art Nouveau impose une esthétique quasi-organique qui n’est pas sans rapport avec le style rocaille. Notamment, les candélabres semblent prendre la forme d’objet végétal : tandis que s’enroulent sur la partie centrale des feuilles d’acanthe à la manière de plantes grimpantes, les bras semblent prendre la forme de branches et de feuillages. Mais Léon Messagé reste avant tout un artiste historiciste et grand interprète du style Louis XV ce que confirment les motifs utilisés : des feuilles d’acanthe, des branches de lauriers, des courbes ainsi qu’un putto ailé à l’arc et au carquois trônant au sommet de l’horloge constituent le décor de cette garniture.

Messagé est un sculpteur français spécialiste des styles Régence et Rococo né en 1842 à Sens dans l’Yonne et mort en mai 1901. S’il débute en tant que « sculpteur sur pierre », il entame rapidement une collaboration avec l’ébéniste de renom François Linke à qui il fournit des modèles pour le mobilier et les bronzes d’ornement. C’est grâce à leur alliance, entre autres, que Léon Messagé connaîtra un grand succès à la fin du XIXème siècle. Il recevra ainsi une médaille d’or à l’Exposition Universelle de 1889 et sera à l’origine des meubles qu’exposera François Linke lors de celle de 1900. Il semblerait d’ailleurs que notre garniture soit le fruit de leur collaboration. Non seulement, celle-ci fut fructueuse, mais en plus le cadran de l’horloge porte la signature de la maison Colin, maison avec qui Messagé, mais aussi Linke, travaillèrent. La maison Colin, fonderie d’art initialement située au 29 rue Sévigné à Paris à partir de 1843, avant de s’installer également au 17, rue des Tournelles, marqua ses bronzes «E. Colin et Cie » de 1882 à 1898, pour devenir « M. Colin & Cie » de 1898 à 1906, puis « Ancienne Maison Colin, Jollet & Cie » de 1906 à 1923. Réputée pour la qualité de ses productions, elle a participé à de nombreuses Expositions Universelles, comme celle de Chicago en 1893. Elle y expose une horloge de bronze montée sur une colonne de marbre blanc, complété par une figure de femme faite en bronze d’après Piat et Steiner. Car ce qui a fait la renommée de la maison, ce sont aussi ses fréquentes collaborations avec les plus grands artistes de l’époque parmi lesquels Carrier-Belleuse, Feuchère, Charpentier, Mathurin Moreau et bien sûr, aux alentours de 1900, Léon Messagé, pour qui elle réalisa plusieurs modèles. La maison Colin est aussi présente à l’Exposition Universelle de 1900 à Paris.

Prix: sur demande

Merci de nous contacter pour plus d'informations.
Demander le prix