menu
Menu
Catégories
Contact
email Send us a message

Nous contacter

phone Par téléphone

+33 (0)1 42 25 12 79
Mar. - Sam., de 14h à 19h
+33 (0)6 60 62 61 90
Tous les jours, de 9h à 19h

email par Email

Plans & Adresses: contact@marcmaison.com

share Let's get social

Langue
Et aussi...
Ma sélection
(0 Objets)

Style Autre / Ref.11513

François-Eugène ROUSSEAU (1827-1890) et Ernest LEVEILLE (1841-1913), vase dit "à la carpe", en verre soufflé moulé translucide, à inclusions rouge, orange et or

Dimensions

Hauteur: 29cm
Diameter: 12cm

Époque et provenance:
France, XIXe siècle

Verre soufflé moulé translucide à inclusions rouge, orange et or.
H : 29 cm ; Largeur à la base : 11 cm ; Profondeur à la base : 7 cm.
Circa 1885 - 1890
Signé à la pointe sous la base « E. Rousseau Paris ».

Grand vase dans le goût japonisant au décor en important relief d’une carpe jaillissant de l’eau. En verre soufflé moulé translucide à inclusions rouge, orange et or, signé à la pointe sous la base « E. Rousseau Paris ».

Appert Frères  est une société française spécialisée dans la verrerie, active entre 1832 et 1947. Fondée en 1832 par Louis-Adrien Appert à Clichy sous le nom de « Maison Appert », la société est active jusqu’en 1947, date de sa dissolution. En 1858, elle prend le nom « Appert et Fils » lorsque les deux fils du fondateur, Adrien-Antoine et Léon-Alfred Appert, prennent part à l’entreprise. C’est en 1865 que la société est renommée « Appert Frères », lorsque Louis-Adrien Appert se retire des activités de la verrerie un an avant sa mort. La maison Appert Frères fournit des matériaux bruts pour de plus petites verreries : verre, cristaux colorés et émaux par exemple. Une grande partie de son activité consiste donc à vendre des demi-produits à des ateliers de finition (décoration, émaillage, etc.).

D’autre part, les verriers Appert Frères réalisaient eux-mêmes des produits finis pour le compte de créateurs verriers, le plus connu de leur client ayant été Eugène Rousseau, ou encore pour leur propre compte. Léon-Alfred Appert, formé à l’École centrale Paris, est à l’origine d’une innovation majeure dans le monde du verre : le soufflage à l’air comprimé. Il réussit à mécaniser le travail du souffleur de verre. Cependant, son invention sera assez peu reprise dans le monde de la verrerie, notamment à cause d’un coût élevé d’investissement.

François-Eugène Rousseau (1827-1890), dit Eugène Rousseau, est un maître verrier qui s’établit dès 1855 en tant que marchand spécialisé dans la porcelaine et la faïence au 43, de la rue Coquillière à Paris. Vers 1867, il se tourne vers le verre et fait appel aux talents d’Eugène Michel pour lui faire graver toute une gamme de verrerie dans l’esprit « Art Nouveau ». Il porte un intérêt particulier aux techniques innovantes de ses contemporains et demande à Marc-Louis Solon, alors décorateur à la manufacture de Sèvres, de réaliser des œuvres dites « pâtes rapportées » (ou pâte-sur-pâte) que Solon signera sous le pseudonyme « Milès ». En 1867, alors qu´il s´intéresse aux motifs japonisants, Eugène Rousseau fait réaliser par Félix Bracquemond un service de porcelaine destiné à être présenté à l’Exposition Universelle à Paris, où pour la première fois un artiste européen copie directement un artiste japonais, en reproduisant des figures animales de la Manga d’Hokusai. Les deux cents pièces sont réalisées par la Manufacture Lebeuf, Milliet et Cie installée à Creil et Montereau. À la suite du succès de ce service, l’esthétique japonaise influencera la production de Rousseau. En 1869, deux de ses verres peints sont achetés par le Victoria and Albert Museum. En 1884, il est le premier à exposer du verre craquelé à l´Union centrale des arts décoratifs, réalisé selon une technique vénitienne du XVIe siècle. Ses verreries japonisantes produites avec le concours probable des frères Appert à Clichy, apparaîtront en 1874 à Paris à la IVe Exposition de l’Union centrale des Beaux-arts appliqués à l’industrie. Membre de l´Union centrale des Arts décoratifs dès sa création en 1862, il reçoit la croix de la Légion d´Honneur.
En fin de carrière, il s´associe avec Ernest Leveillé, qui fut également son élève. Leveillé poursuivra l’œuvre d’Eugène Rousseau après sa mort, ayant racheté le fonds de son atelier rue Coquillière en 1885.

Ernest-Baptiste Léveillé (1841-1913), dit Ernest Léveillé, est un marchand éditeur de porcelaines et de cristaux. Fondateur de la maison Léveillé en 1869 au 74 boulevard Haussmann à Paris, il fait donc l’acquisition en 1885 de la maison E. Rousseau, marchand éditeur de porcelaines et cristaux, et exploite le fonds de 1886 à 1890 sous le nom de « Maison Rousseau et Léveillé réunies ». Léveillé créé les modèles et les fait exécuter, puis graver, selon des indications très précises. Ses vases craquelés et gravés sur trois couches de verre lui valent une médaille d’or. Redevenue « E. Léveillé » à la mort d’Eugène Rousseau en 1890, le magasin est transféré en 1899 au 140 Faubourg Saint-Honoré à Paris. En 1902, Ernest Léveillé s’associe avec la maison Toy, affaire de porcelaines et cristaux, sous la raison sociale « Maisons Toy et Leveillé réunies ». L’établissement est alors situé au 10 rue de la Paix.

Nous proposons un vase similaire dans une autre teinte signé du même artiste.

Prix: sur demande

Merci de nous contacter pour plus d'informations.
Demander le prix