menu
Menu
account_box
Catégories
Contact
email Send us a message

Nous contacter

phone Par téléphone

+33 (0)1 42 25 12 79
Mar. - Sam., de 14h à 19h
+33 (0)6 60 62 61 90
Tous les jours, de 9h à 19h

email par Email

Plans & Adresses: contact@marcmaison.com

share Let's get social

Langue
Et aussi...
Ma sélection
(0 Objets)

Style Japonisme / Ref.10869

Gabriel VIARDOT (1830-1906) - Miroir à chevalet en forme de croissant de lune à décor sculpté d'un dragon

Dimensions
Largeur : 36cm
Hauteur: 36cm
Profondeur : 19cm

Époque et provenance:
France, vers 1870-1880

Estampille "G. Viardot" sur le chevalet.

Ce très beau miroir japonisant au dragon en noyer sculpté a été réalisé vers 1870-1880 par Gabriel Viardot, qui signe cette œuvre. Ébéniste parisien de renom de la seconde moitie du XIXè siècle, Gabriel Viardot est spécialisé dans la création de meubles et d’objets d’art de « genre chinois-japonais ».

Un dragon aux formes sinueuses et aux muscles saillants enlace un miroir en forme de croissant de lune. Sa figure menaçante se dirige vers celui qui regarde son reflet. Sculpté en noyer, le monstre aux dents et à la langue pointues est d’une certaine complexité tant dans les détails, très travaillés, que dans l’ensemble de sa pose contorsionnée.
Ce miroir est à la fois empreint de l’art japonais et de l’art asiatique, très en vogue à la fin du XIXème siècle grâce notamment aux Expositions universelles qui, dès celle de 1867, renouvellent les répertoires de motifs ainsi que les techniques des artistes. Encouragés par l’éclectisme ambiant, les artistes, dont Gabriel Viardot est un parfait exemple, n’hésitent pas à mélanger leur source d’inspiration en réponse à une quête de richesse et de diversité toujours plus grande.
Simple et sophistiqué à la fois, ce miroir en forme de croissant de lune est ainsi caractéristique de l’œuvre de Gabriel Viardot qui agrémenta à plusieurs occasions ses miroirs et meubles de dragons à la facture très similaire.

Né en 1830 à Paris où il meurt en 1904, Gabriel Viardot, après avoir travaillé auprès de son frère, crée son propre atelier en 1860 et se consacre à la création de mobilier à la double inspiration chinoise et japonaise. Il remportera plusieurs médailles lors des Expositions universelles (1867, 1878, 1885, 1889 et 1900) ou encore à la 8ème exposition de l’Union Centrale des Arts décoratifs de 1884.

Prix: sur demande

Merci de nous contacter pour plus d'informations.
Demander le prix