menu
Menu
account_box
Catégories
Contact
email Send us a message

Nous contacter

phone Par téléphone

+33 (0)1 42 25 12 79
Mar. - Sam., de 14h à 19h
+33 (0)6 60 62 61 90
Tous les jours, de 9h à 19h

email par Email

Plans & Adresses: contact@marcmaison.com

share Let's get social

Langue
Et aussi...
Ma sélection
(0 Objets)

Style Symbolisme / Ref.17257

CARRIER-BELLEUSE Louis et Manufacture de CHOISY LE ROI, "Sauve qui peut !", vase émaillé

Dimensions

Hauteur: 51cm

Époque et provenance:
Après 1898.
Titre inscrit sur la base : « Sauve qui peut ! »Signé « Louis Carrier-Belleuse » et « Choisy HB » et porte le N° 1626 7 97.

Faïence émaillée rouge et blanche.

Un exemplaire présenté au Salon de la Société Nationale.

Reposant sur un socle quadrangulaire, ce vase est orné à sa base par une ronde de putti. Ces derniers ont l'air effrayé, courant dans tous les sens, semblant vouloir s'échapper et fuir un danger certain. Le céramiste a fait preuve d'une réelle recherche artistique en donnant à chaque enfant une position différente : certains sont en train de courir, les bras en l'air ; certains sont au sol, probablement tombés dans leur course effrénée ; d'autres encore regardent vers le haut, à la recherche de la cause de leur angoisse, ces deux diablotins dotés d'ailes de chauve-souris placés de part et d'autre de la panse de l'objet. Les deux monstres sont recouverts d'un émail verdâtre, ce qui leur donne un caractère repoussant. Le titre de l'œuvre, « Sauve qui peut ! », est écrit à deux reprises sur la base du vase et donne la clé de lecture de l'iconographie. Les enfants, sentant le péril venir, tentent de s'échapper le plus vite possible.

Louis Carrier-Belleuse présente ce vase, dans une version en plâtre, pour la première fois au Salon de la Société Nationale des Beaux-Arts de 1896. Puis, il réapparaît au Salon de 1898, cette fois en grès, avec trois autres vases, formant ainsi une série : « Hercule et Omphale », « Enfants et papillons » et « Musique ». C'est à cette occasion qu'il fut reproduit, en 1900, dans la revue La Décoration ancienne et moderne.

Fils du sculpteur Albert-Ernest Carrier-Belleuse (1824-1887) dont il fut l’élève, Louis Carrier-Belleuse, suivit les leçons de Gustave Boulanger et d’Alexandre Cabanel à l’école des Beaux-Arts. Il débuta comme peintre au Salon de 1870 et exposa des sculptures à partir de 1889. Très tôt, il s’intéressa aux arts industriels : pendant quelques années, il travailla auprès de son père à la Manufacture de Sèvres, qui en était le directeur artistique depuis 1875. Puis, en 1877, il acquit auprès de Théodore Deck une première expérience du travail de la céramique, expérience qui devait le déterminer dans la voie à choisir. C'est ainsi qu'il devint directeur des travaux d’art de la faïencerie de Choisy-le-Roi, à laquelle il fournit de nombreux modèles. Il fut récompensé à de nombreuses reprises, notamment par une médaille en 1896, année où il présente « Sauve qui peut ! » dans sa version en plâtre.

En tant que directeur artistique de la faïencerie de Choisy-le-Roi, il conçut de nombreux modèles de grande qualité, dont ce vase est un témoin exceptionnel.


Bibliographie :
La Décoration ancienne et moderne, 7ème année, 1900, reproduit planche 66.

Dimensions : H. 51 cm.

Prix: sur demande

Merci de nous contacter pour plus d'informations.
Demander le prix